Nouvelles du cyclisme

La famille du cycliste décédé sera indemnisée pour un fil électrifié avec 240.000 €

Les personnes accusées de la mort d'un cycliste à Valderredible devront indemniser la famille avec 240.000 euros

Le cycliste a rencontré un fil de berger électrique coupant le chemin du sentier sur lequel il voyageait, pour l’éviter, il dut s’arrêter à sec avec le malheur qui est tombé au sol souffrant d'un traumatisme craniofacial et des fractures vertébrales Ils ont causé la mort.

Maintenant, le juge a imposé une amende de 3.600 euros aux défendeurs en plus de traiter avec un icompensation de 240.000 € à la famille du cycliste.

Comme l'a signalé eldiariomontanes.es, le défunt, originaire de Zamora, était à la tête du service des travaux publics de la ville de Salamanque et se trouvait à Valderrible, logé dans une maison rurale proche de sa fille, qui se trouvait dans un camp à Robledillo de Ebro.

Comme expliqué dans la phrase, les événements survenus en juillet de 2015 se déroulaient alors que le défunt faisait de la bicyclette sur un sentier rural à Arenillas de Ebro.

El hombre est mort en raison d'un fort impact sur le sol quand il a été contraint de s’arrêter, puisqu’on a découvert un fil de berger électrique traversant le chemin par lequel il circulait. Il a subi un traumatisme cranio-facial et des fractures vertébrales ayant entraîné sa mort.

La sentence établit que l'indemnité doit répondre au condamné, et à défaut de la société agraire pour laquelle ces personnes travaillent et à la demande de laquelle elles ont placé le berger électrique avec lequel le cycliste a rencontré et qui a provoqué sa chute et sa mort.

Les accusés savaient "parfaitement" que l'endroit où le pasteur était installé était un passage fréquent de cyclistes

La phrase indique que le pasteur électricien a été mis sur le chemin par l'un des accusés, employé d'une société de transformation agraire. L'autre défendeur est l'agent de la société.

Les faits ont été déclarés, à la suite de l'instruction, un crime d'imprudence moins grave, entraînant la mort, puni dans le code pénal d'une amende de trois à dix mois 18.

En l’espèce, le juge opte pour la "gravité des faits" sur la plus haute fourche (amende de douze mois), car les accusés savaient "parfaitement" que le lieu où le pasteur était installé passait fréquemment Les cyclistes En outre, il souligne qu'aucune mesure n'a été prise pour réduire les risques d'avoir placé ce pasteur.

La phrase explique que le pasteur consistait en un fil attaché d'un pieu à l'autre, qui traversait la route et que la seule signalisation avait deux morceaux de plastique. C'est l'employé de la société agraire qui l'a placé, avec l'accord de son employeur.

Les accusés ont affirmé que le câble était sur la route, bien qu'il ait été démontré qu'il avait été placé

Le juge explique que quand le défunt est passé où était le pasteur, le câble a été placé et non déposé sur la route comme le prétendaient les accusés. Il souligne qu'il n'y a pas d'autre hypothèse "plausible" pour les blessures présentées par le corps "plus qu'un arrêt soudain et bref face à quelque chose d'inattendu".

Selon le juge, "aucun autre élément ou motif que le câble" ne justifiait "le freinage subit" ayant entraîné le coup d'État et la mort. Jeter la version du témoin expert qui a présenté la défense.

Le juge refuse d’appliquer aux accusés l’atténuation des retards indus et affirme qu’ils n’ont pas causé à la procédure de dommage plus grave que l’ordinaire, qu’ils ont eux-mêmes fait appel des résolutions, ce qui allonge la procédure et qu’en outre, certains des La date du procès a été demandée par sa défense.

La peine acquitte l'entité locale d'Arenillas de Ebro, qui a été dénoncée comme responsable civil.

Mots clés
triatlonnoticias.com
Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action