Nouvelles du triathlon

Javier Gómez Noya "J'aspire à être aussi rapide qu'avant, à courir au moins comme avant."

Noya revient pour concurrencer dans le WTS après 1 un an et demi sans le faire

Le triathlète galicien Javier Gómez Noya compte dans une interview à la Voix de Galicecomment vous traitez Bermuda World Series, à son retour sur le circuit après avoir été centré sur la messagerie instantanée.

Bien que son véritable défi l'attende en août de 2020 aux Jeux de Tokyo. Pour commencer grand, Javier Gómez Noya Vous sentez-vous frais pour aller vite?

-Fresco, pas encore. Mais je suis satisfait des références des rythmes d’entraînement, qu’il faut ensuite prendre pour la course, être bien placé, ne pas perdre d’options ... voir comment les autres vont

- Lorsqu'il a remporté sa cinquième Coupe du monde, au 2015, il a eu au moins cinq ans de plus que tous les classements 32.

- Oui, le tournant a été les Jeux de Londres. Je suis ensuite passé de jeune homme à vétéran, sans juste milieu, car après le cycle olympique, certains partent à la retraite et d'autres passent sur une longue distance. Aujourd'hui, il en reste un ou deux sur mon cinquième, mais les rivaux les plus dangereux sont beaucoup plus jeunes. C'est un autre stimulant et le résultat d'une longue carrière, dont il faut être très fier.

-Pour gagner dans cette nouvelle étape, avez-vous l’idée de vous rapprocher des minutes 29 dans les dix mille se terminent à pied, qui sont de grands mots, ou gagner autrement?

-Si je suis impliqué dans cette bataille, je pense à Tokyo, qui sera un disque dur et dur, mais pas si vite, et cela peut être bénéfique pour moi. Bien que mon objectif pour la fin de cette année soit de hanter ces minutes 29, par beau temps et ainsi de suite. Je pense que je devrais être capable de courir en minutes 29 et peu.

-Alors, bien que revenant avec des années 36, veut être aussi rapide qu'avant d'aller à l'Ironman.

-Oui oui. J'aspire à être aussi rapide qu'avant, à courir au moins comme avant. Ensuite, nous verrons si cela peut être réalisé. Je suis aussi plus dur sur le vélo qu’avant grâce à la formation d’Ironman. Cela montre et peut m'aider.

-Mais maintenant, presque toutes les courses sont décidées à pied, il n’ya pas autant d’aventuriers pour rompre les courses cyclistes que lorsqu’ils affrontent les deux frères Brownlee.

- Peut-être que les Norvégiens sont les seuls à le rechercher à vélo et qu'ils peuvent vous surprendre à tout moment. Maintenant, vous utilisez la mentalité des tests de sprint: soyez bien placé dans la transition, ne perdez pas quelques secondes qui peuvent être essentielles et courez vite. Nous verrons ce qui se passera si Alistair Brownlee tente de se qualifier pour les Jeux.

- Votre idée est de gagner à pied?

Oui Je veux me mettre au niveau des meilleurs. Je sais qu'il est difficile de battre Mario [Mola] dans un heads-up à pied, car des circonstances qui me favorisent dans une course difficile ou avec des pénalités devraient être indiquées. Dix mille avec tout le monde frais serait plus compliqué.

-Bien que ce ne soit pas dans la partie clé de la saison, un prestige est joué dans chaque course, est-il considéré comme gagnant aux Bermudes?

-C'est prématuré, mais je vais me battre pour gagner ou, du moins, pour monter sur le podium. Il est également difficile d’obtenir le premier test, car j’ai besoin de tirer. Je ne cherche pas mon pic ici, ce n'est pas non plus mon objectif principal. Mais je fais face aux courses avec la même mentalité que lorsque je les ai gagnées. Je vais vendre la peau chère.

Vous pouvez lire le Interview complète

Vous pouvez aussi être intéressé

Mots clés
triatlonnoticias.com
Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action