Connaître Laura Gómez., Championne d'Espagne MD Triathlon 2020

Laura a obtenu le titre national à Bilbao

Laura Gomezathlète INVESTIR, il a été proclamé récemment Champion d'Espagne de triathlon MD à Bilbao, surpassant les meilleurs athlètes espagnols au loin comme Judith Corachán ou Gurutze Frades.

Nous voulions lui parler pour qu'elle puisse nous dire de première main à quel point cette année a été si atypique et quels sont ses projets futurs.

De plus, nous lui avons demandé, en tant qu'ambassadrice de la marque INVERSE, quels produits elle aime le plus et qu'elle recommande aux triathlètes.

En quoi cette saison «atypique» 2020 est-elle pour vous?

J'ai commencé à courir quelques 10.000 essais sur route avec de très bons sentiments, puis des duathlons de montagne, où j'ai été proclamé championne de Catalogne de Duathlon Cross puis j'ai fait du duathlon sur route, avec l'Allemande Laura Philips, qui en a fait 4 à Kona, c'était mon dernier test avant l'accouchement.

J'ai également préparé le semi-marathon de Barcelone, qui était ma première mi-temps, principalement pour me concentrer sur le demi-fond que je voulais faire au Challenge Salou, pour voir comment c'était et tester les rythmes à ces distances. Je me suis trouvé super, avec de très bonnes sensations et rythmes.

Soudain, nous avons été surpris par la pandémie. Vu maintenant, je pense que j'ai su m'adapter et gérer la situation sans manquer aucune journée de formation, m'entendre bien, et j'en ai également profité pour avancer dans mes études à l'université.

L'enfermement pour moi, je pense, a été positif, il ne s'est pas arrêté un instant. Les matins étaient consacrés à pratiquement toutes les formations et l'après-midi à étudier. Si j'avais besoin de me déconnecter, j'ai fait un peu de yoga pour couper la dynamique.

Vous avez été proclamé champion d'Espagne MD ce 2020 à Bilbao, tout comme votre progression pour arriver ici

Je pense que je suis sorti assez fort, j'ai gardé à l'esprit que la saison était finie, et que quoi qu'il arrive ... le bienvenu serait!

À la fin j'ai apprécié l'entraînement et le confinement, sans aucune pression et quand nous avons pu partir, nous sommes partis!

Nous sommes allés dans les Pyrénées et je me suis entraîné en suivant des directives, mais un peu flexibles et en profitant sans pression. Si cela me venait à l'esprit de faire un parcours ou un peu de folie ... eh bien, je l'ai fait, mais j'étais toujours dans mon esprit pour profiter du sport, sans me fixer d'objectif.

J'adore m'entraîner et j'aime aussi la compétition, mais je pense avoir atteint un «équilibre» malgré la situation et je suis heureux car je sens que je l'ai très bien géré.

Laura Gómez en compétition à Bilbao
@ susanaetxebarria / Laura Gómez en compétition à Bilbao

A Bilbao, vous avez battu deux des meilleurs triathlètes MD espagnols, cette victoire vous a-t-elle donné confiance pour les prochains tests?

La vérité est que c'est toujours bien de gagner et au final pour moi c'est une fierté en plus avec qui je l'ai fait. De plus, après la pandémie, il y avait peu de courses et la prise de force avait parié gros et c'était une motivation supplémentaire en plus de rivaliser avec des gens de niveau.

Participer à un test comme celui-ci et avec de grands triathlètes me permet d'obtenir la meilleure version de moi-même, me rend compétitif et donne toujours un plus.

Être avec eux sur le podium est un honneur, et cela me donne confiance pour les prochains tests, mais je dois aussi savoir d'où je viens, car vous pouvez bien vous entraîner et avoir de bons sentiments, mais alors la course peut ou non.

Mais oui, bref, je suis content de la façon dont tout progresse et très satisfait de tous les progrès que j'ai réalisés et j'espère avoir plus de tests de ce niveau dans le futur.

Vous avez la licence IRONMAN. Cherchez-vous une place pour le championnat du monde 70.3?

Si j'ai la licence et que je me concentre sur cette ligne. Quand? Je ne sais pas quand ça arrivera, mais le désir et la formation sont dirigés vers lui.

Juste avant la pandémie, deux semaines avant que tout ne se produise, j'ai demandé la licence IRONMAN pour m'éloigner complètement.

Puis est venu le VOC, qui a tout retardé un peu comme prévu, mais je l'ai déjà dit, je veux rester maintenant sans aucune pression ni tension, je pense, ça va venir! Il faut maintenant être conscient qu'il faut du temps pour voir comment la situation évolue

Donc, je n'ai rien regardé pour la machine à sous pour l'année prochaine. Si je sais que je veux me mesurer aux meilleurs du monde en moyen et long, mais je le dis déjà ... c'est pas à pas.

Je veux d'abord me tester ici, et voir comment je vais, je me rends et je m'adapte. Un peu mes performances dans ce type de course. Le temps décidera de ce que l'avenir nous réserve.

Allez-vous concourir davantage en 2020?

Il est temps de se «réinitialiser», d'accumuler à nouveau et de repartir avec plus d'enthousiasme pour 2021 et voyons ce que ça réserve!

J'ai déjà terminé la saison, j'ai fait 3 compétitions + Bilbao, le tout d'affilée. Je ne suis pas partisan d'en faire autant d'affilée, ni moi ni mon entraîneur, car au final je crois en un équilibre d'entraînement et aussi d'accumulation d'entraînement.

Mentalement c'est aussi très exigeant sur le corps, je les ai fait d'où nous venions ... il n'y avait pas de courses, les choses devenaient un peu compliquées et j'ai dit ... enfin, finissons la saison!

Maintenant, je vais faire un petit "reset" avec 3 semaines de repos actif et me concentrer sur l'année prochaine.

Sans se concentrer sur rien ... car la saison est dans l'air. Maintenant, je ne pense qu'à continuer à bien m'entraîner, je vais renouveler la licence et si je peux passer un test de moyenne distance au niveau international, alors bienvenue.

Quel est votre premier objectif en tête en 2021?

Je n'ai pensé à aucun objectif précis, j'y vais pas à pas car maintenant nous dépendons beaucoup de la situation avec la pandémie.

Dans la perspective de 2021, la première chose que je vais faire est d'ajouter des kilomètres en VTT, de me pousser un peu sur les «grosses roues» où je me mets hors de la «zone de confort» ce qui me donne un point supplémentaire et sur le plan technique cela me demande quelque chose de plus.

Je vais me concentrer totalement sur le demi-fond, mais je n'en ai envisagé aucun ... parce que les choses sont ... je préfère y aller avec les pieds de tête et je ne veux pas que cela me touche émotionnellement.

Quand nous serons en janvier et février et que nous verrons comment tout évolue, nous verrons ce qui peut être fait. Je suis toujours concentré sur Media Distancia et si cela peut être un test international et profiter du processus et m'améliorer jour après jour.

Laura Gómez avec le kit Inverse
Laura Gómez avec le kit Inverse

Je pense que ce que je dois faire, c'est savoir gérer la situation et m'y adapter au jour le jour, et ensuite ce qui doit venir viendra.

Concernant la matière, vous utilisez des vêtements INVERSE, pouvez-vous nous parler de votre relation avec la marque?

La vérité est qu'INVERSE pour moi c'est la marque, ils m'ont toujours soutenu.

Je me sens comme ma famille. J'ai la chance d'avoir une très bonne relation, ils ont toujours été là pour m'offrir tout ce dont j'avais besoin et c'était à leur portée.

Quels sont tes vêtements préférés?

J'aime tous les vêtements que j'utilise…. Qui sont nombreux!

Surligner? Eh bien, plus qu'un vêtement spécifique, je tiens à souligner que la marque travaille avec une réflexion détaillée sur l'athlète.

Il y a des détails que je me suis rendu compte en les testant et j'en parlais avec l'équipe de INVESTIR.

Par exemple, dans la conception de la fermeture éclair si vous l'abaissez, elle ne s'abaisse plus quand il y a de l'air par exemple, ou les détails des poches ... .. ou le gilet coupe-vent avec double zip pour la ventilation.

Je pense que ce sont des détails qui sont appréciés chaque jour à l'entraînement et en compétition et où la différence réside dans la qualité des vêtements.

Lesquels recommanderiez-vous pour un triathlète de moyenne et longue distance?

Combinaisons de triathlon inversées
Combinaisons de triathlon inversées

Bien sûr ... ma pièce préférée! J'aime le combinaison aérienne une pièce. Je suis enchantée.

Il a 4 détails qui sont essentiels. En compétition, vous voulez que les vêtements ne vous dérangent pas.

 Par exemple, la jambe coupée, qui m'oppresse normalement et celle-ci non. La fermeture zippée qui se verrouille et ne descend pas, les poches avant et arrière ...

C'est une combinaison qui a été testée en soufflerie et ça se voit.

Je peux aussi porter mes propres vêtements et mes propres créations, tout comme les clubs.

Ils fonctionnent très bien, c'est une bonne marque et au niveau du triathlon ils sont très à jour et pour moi c'est un privilège de pouvoir compter sur eux, sans aucun doute.

Si vous souhaitez suivre Laura, voici ses réseaux sociaux:

 

Publications connexes

Bouton haut de page