Eneko Llanos ferme la campagne en remportant l'Arizona Ironman en moins de huit heures

Les Alava Eneko Llanos ont clôturé la saison en s'imposant face à l'Ironman de l'Arizona qui s'est joué dimanche à Tempe, aux États-Unis, en moins de huit heures de course.

Le vitoriano a terminé la course avec un temps de sept heures, des minutes 59 et des secondes 38 et devient le deuxième triathlète de l’histoire à se terminer sous la barrière des huit heures lors d’un test de Ironman joué aux États-Unis.

Eneko a clôturé avec ce triomphe de la saison 2011, après une lutte acharnée dans le secteur de la course, devant le Britannique Paul Arney, qui a franchi la ligne d'arrivée avec un temps de huit heures, une minute et 29 secondes.

Ces données montrent la bonne forme d’Alava lors de la dernière manche du calendrier des compétitions et la bonne préparation qu’il a faite de la course.

Llanos a été le plus fort et est passé de moins en plus dans les secteurs de la natation, du cyclisme et de la course à pied.

Le vitoriano est arrivé en onzième position à la transition entre l'épreuve de natation et le vélo, à deux minutes de la tête de course.

Dans la tournée cycliste, Llanos a montré que c’était la spécialité qui dominait le mieux car elle commençait à surpasser ses rivales pour prendre la tête de l’Ironman dans la moitié du secteur cycliste devant Arney en plus d’une minute et demie.

Llanos a poursuivi son bon travail sur la moto et lors du dernier changement pour quitter les deux roues et commencer la course à pied, devançant le Danois Martin Jensen et le local Tim O'Donell d'une minute et demie, tandis qu'Arney perdait presque deux minutes. à partir de la cinquième place.

Les Alavés ont commencé à s'affaiblir dans la course pédestre, tandis qu'Arney faisait preuve de toute sa force et poursuivait les onze kilomètres, un moment à partir duquel ils ont pris ensemble un avantage confortable sur les autres rivaux.

Avec les deux favoris en tête de l’essai, les kilomètres ont été consommés et, dans la dernière section, Eneko a brûlé les navires, a distancé les Britanniques à moins de quatre mille mètres du but et a triomphé jusqu’à la ligne d’arrivée.

Source: .abc.es

triatlonnoticias.com
Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action