Rouleaux Zycle

Entretien avec le triathlète Eneko Llanos

Eneko Llanos pense que le triathlon sert à lutter contre les difficultés et à se dépasser constamment. Amateur de montagne depuis son enfance, il estime que les sports liés à ce médium coïncident avec l'effort et l'endurance qu'exige le triathlon. Parmi ses principaux succès sportifs, il se démarque en tant que finaliste mondial Ironman en 2008 et deux fois olympique (Sydney 2000 et Athènes 2004). Ses parrainages actuels sont POLAR (ordinateur d'entraînement et capteur de puissance), BH (vélo) ou Spiuk (vêtements, chaussures de vélo, casque et lunettes), AVIA (chaussures de course), BAT Basque Team (aide du gouvernement du Pays Basque) , HED (roues et guidons), Sailfish (néoprène), Mulebar (barres énergétiques et gels), SVC Seguridad, 3BAT (magasin spécialisé de triathlon).
Comment avez-vous abordé le triathlon et depuis quand l'avez-vous pratiqué?
Mon frère Hektor a commencé quelques années avant moi et disons qu'il m'a infecté. En 1993, j'ai fait mon premier triathlon et depuis 1997 je gagne ma vie en pratiquant ce sport.

Quel est ton lien avec la montagne?
Je suis un adepte de la montagne depuis que je suis petit et je sors de temps en temps pour m'entraîner, à la fois en courant et en marchant. De plus, je fais aussi des triathlons de montagne.

En quoi un triathlon de montagne et un triathlon urbain sont-ils différents?
L'effort et la puissance dont vous avez besoin sont les mêmes, mais les compétences et la technique requises dans un triathlon de montagne sont plus grandes. Sur les circuits de montagne, il faut être plus technique en matière de course à pied et de vélo, par exemple lors du contrôle des descentes.

En quoi le triathlon et les sports de montagne sont-ils similaires?
Les deux sont des sports d'endurance et, selon la facette de la montagne, tous deux nécessitent des efforts à long terme. Ils partagent également le désir d'exceller et le besoin d'être constant.

Considérez-vous qu'être un athlète de votre taille est sacrifié?
C'est dur, mais je fais ce que je veux et j'aime. Pour moi, cela compense tout le sacrifice.

Trouvez-vous difficile de combiner votre vie personnelle et professionnelle?
Ma copine est également triathlète, mais pas professionnelle, et elle est mon plus grand soutien, ainsi qu'une partie fondamentale de mon équipe. Mon environnement est étroitement lié au monde du triathlon de sorte que la plupart du temps ma vie personnelle et professionnelle se confondent.

Pourquoi pensez-vous que la pratique du triathlon s'est tellement développée?
Parce que c'est un défi, et lorsque vous vous lancez un défi, le résolvez et finalement le surmontez, la satisfaction est si grande que vous commencez immédiatement à penser au suivant.

Pour quelqu'un qui veut préparer son premier triathlon, quel conseil lui donneriez-vous? Dans laquelle des trois disciplines devriez-vous vous entraîner le plus?
Cela dépendra de votre passé sportif, mais la natation soulève souvent de nombreuses peurs et peurs. Je vous conseille donc de vous inscrire à un cours de natation pour bien apprendre la technique et renforcer la confiance dans l'eau.

Sur quoi est basée votre formation quotidienne? Combien d'heures par jour vous entraînez-vous?
Cela dépend de la période de l'année. Dans les moments de volume maximum, nous faisons trois séances par jour (natation + vélo + course à pied) et à la fin de la journée, nous avons environ 7 à 8 heures d'entraînement.

Comment évaluez-vous l'utilisation des moniteurs de fréquence cardiaque dans vos entraînements? Les utilisez-vous dans les compétitions?
C'est un outil essentiel pour mesurer les intensités et les rythmes auxquels je dois m'entraîner. J'utilise le POLAR RS8000CX quotidiennement à l'entraînement et dans toutes les compétitions. C'est également un outil idéal pour analyser après l'entraînement et les courses. Le POLAR RS8000CX et le logiciel Polar ProTrainer 5 inclus sont tous deux des outils idéaux pour planifier puis analyser les résultats d'entraînement et de course. Cela nous aide à la fois mon coach et moi à ajuster les charges et les récupérations et ainsi optimiser au maximum mes performances.

Quelles ont été les plus grandes difficultés que vous ayez rencontrées jusqu'à votre arrivée?
Dans le sport d'élite, le plus difficile est de savoir maintenir sa motivation jour après jour, année après année.

Quels sont vos plans les plus immédiats? Et à long terme?
J'ai une autre saison à venir avec Cto. du Hawaii Ironman World en octobre. À court terme, en mars, j'ai couru le Triathlon international d'Abu Dhabi, que j'ai gagné l'année dernière, et en avril le I Can à Marbella. Une fois ma vie de triathlète professionnelle terminée, je continuerai d'être lié au sport en toute sécurité, mais nous verrons dans quel domaine, j'ai encore de nombreuses années devant moi!

Publications connexes

Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action