Gómez Noya avec un œil sur Sydney

Le champion du monde précipite ses derniers jours à Punta Umbría, où il a pu s'entraîner pendant trois semaines dans des conditions idéales pour préparer son premier triathlon de l'année en Australie.


Il a pu réaliser le planning prévu par Omar González, également présent dans ces trois semaines andalouses, ainsi que d'autres triathlètes espagnols qui ont servi de stimulus pour s'utiliser à fond: Pedro Miguel Serrano, un grand nageur qui était également avec Javi à Fuerteventura; et le jeune galicien Óscar Vicente, l'un des rares triathlètes espagnols à pouvoir affronter Javi à vélo et à pied.

En natation et en cyclisme, il a déjà fait des séances de haute intensité, tandis qu'à pied, il a accumulé des kilomètres avec un certain changement de rythme, mais toujours sans faire de série complète, ce qu'il laisse pour plus tard. «Cette région est une merveille à former; Il y a plusieurs piscines, des routes peu fréquentées et pour la course à pied je n'exagère pas quand je dis que c'est un endroit imbattable: vous avez le circuit en herbe où se déroulera la Coupe du monde de Cros pour courir très vite sans la dureté de l'asphalte et des chemins entre les pins pour faire des sessions d'arrière-plan. Et tout cela en manches courtes, un luxe en hiver ».

Avant de s'envoler pour l'Australie vers le 20 mars, Javi passera quelques jours en RCA à Madrid et d'autres chez lui. Et il doit encore recevoir un prix pour sa réussite 2010, comme l'Association espagnole de la presse sportive qu'il recevra lundi 7 à Bilbao.

 

source: www.triatlon.org

Publications connexes

Bouton haut de page