Gómez Noya: «Alister Brownlee est l'homme à battre»

Le triathlète espagnol Javier Gómez Noya a évoqué les rivaux qu’il rencontrera au Triathlon de Madrid, troisième tour du Championnat du monde Dextro Energy-Triathlon, et a précisé que le Britannique Alister Brownlee, son grand rival la lutte pour la coupe du monde, "est l'homme à battre" à Madrid.

"Pour moi, le procès le plus fort du monde à l’heure actuelle est Alister Brownlee, c’est une référence et je pense qu’il est l’homme à battre. S'il fait une bonne course, ce sera difficile parce que j'ai déjà beaucoup souffert, mais je suis aussi conscient que vous pouvez gagner parce que je l'ai aussi fait. Ensuite, il y a un bouquet d'environ dix ou douze personnes avec des options de victoire, il y a de très bonnes personnes qui rendront les choses très difficiles ", a déclaré le Galicien à Europa Press.

En outre, Gómez Noya voulait montrer que son objectif dans cette compétition était "essayer de gagner" et "défendre" son leadership dans la Coupe du monde. "C’est la deuxième fois après ma victoire à Sydney, je suis donc enthousiasmé par cette épreuve, surtout en tête. Je dois défendre ce leadership et nous allons sortir et essayer de gagner. Il y a des rivaux d'une grande entité, de très bonnes personnes, mais j'ai confiance en mes possibilités et je dois essayer d'être le plus possible ", a-t-il expliqué.

À sa quatrième place l'an dernier dans cette même course, le Ferrolan a souligné qu'il tenterait "d'améliorer" cette position, tout en précisant qu'il ne blâmait "absolument" pas sa performance lors de la dernière campagne.

"La quatrième place est une bonne position en général, évidemment je ne peux pas gagner toutes les courses. L’année dernière, j’ai eu un hiver difficile avec les blessures, je suis arrivé ici et j’étais quatrième, je ne blâme donc rien. Oui, je me blâme quand dans les courses je fais des erreurs tactiques et je ne peux pas gagner, mais l'année dernière j'étais là où je devais être et trois coureurs étaient meilleurs que moi. Je n’aurais pas pu faire grand chose, j’espère cette année améliorer cette quatrième place car je me suis entraînée pour cela ", a déclaré l’Espagnol.

Sur le parcours de Madrid, le triathlète d’El Ferrol a déclaré que le circuit "invitait à l’attaque". «L’itinéraire en général me plaît bien, car si vous passez une bonne journée, vous pouvez en tirer beaucoup, car les autres passeront un mauvais moment. Mais comme vous passez une mauvaise journée, vous pouvez aussi couler ", a-t-il déclaré.

"Il faut essayer de doser surtout sur le vélo et être attentif à tous les mouvements car le circuit invite à l'attaque par la pente qui doit être passée huit fois, donc je suppose qu'il y aura une guerre dès le début", a-t-il ajouté.

En prévision des prochains Jeux Olympiques à Londres 2012, le triathlète espagnol était confiant de pouvoir "améliorer" sa quatrième place à 2008 à Beijing. «Je veux l'améliorer. Jusqu'à présent, je n'ai eu qu'une seule occasion dans ma vie de participer aux Jeux olympiques et ce n'était pas ma meilleure journée, loin de là. Je me suis battu pour les médailles jusqu'à la fin, mais je ne les ai pas eues et j'espère pouvoir surmonter cette position à Londres et remporter les médailles ", a-t-il déclaré.

Enfin, Gómez Noya a évalué le rôle possible d'un autre triathlète espagnol, le galicien Ivan Raña. «Je pense qu’il s’améliore après son année de cyclisme et qu’il a un assez bon niveau. C’est un homme avec une expérience incroyable avec un bilan qui dit tout. Il sait ce que c'est de gagner une course importante pour ce que je crois et j'espère qu'il ira bien à Madrid et s'améliorera à mesure que les courses passent ", a conclu le champion d'Espagne.

Source: europapress.es

triatlonnoticias.com
Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action