Rouleaux Zycle
Nouvelles du triathlon

Javier Gómez Noya sur l'éventuelle réduction du triathlon à Tokyo «Ce serait un fudge de changer le format du test la veille du test»

"Il serait bâclé de changer le format du test la veille du test"Cela a commenté Javier Gómez Noya dans une interview avec journal de marque.

Les Jeux Olympiques de Tokyo auront lieu en juillet, si tout se déroule bien et avec uns des conditions météorologiques extrêmes.

Il est possible que la chaleur réduise le test à distance de sprint ou même format de duathlon pas de segment de natation.

A ce Noya a commenté: «Il serait bâclé de changer le format du test la veille du test, les Jeux Olympiques ne méritent pas que"

"Peut-être que la chose la plus sensée aurait été de changer la compétition du lieu"

30 degrés de température et une humidité élevée sont attendus dans le test.

Noya a commenté que «peut-être la chose la plus sensée aurait été de changer la compétition sur site» comme pour les tests de marathon et de marche qui se déplaceront à Sapporo

Si vous pensez que vous pouvez gagner, c'est ce que vous devez faire

Dans l'interview, on lui a demandé s'il avait signé le bronze au test, auquel Javi a clairement répondu:

"Si je signe le bronze? Non, je ne signe rien. Si vous pensez que vous pouvez gagner, c'est ce que vous devez faire. J'ai déjà de l'argent et aujourd'hui je ne renoncerai pas à l'or",

Ne pense pas aux tactiques d'équipe

Dans le test, l'Espagne a des options de médailles pour Javi et Mario Mola, triple champion du monde, et Fernando Alarza.

Le Galicien ne pense pas aux tactiques d'équipe. «Nous avons chacun des caractéristiques différentes et nous bénéficions d'un développement de test différent mais même ainsi, dans le cas de vouloir nous aider, seules trois personnes ne peuvent pas contrôler un tel test«.

Résigné à la Nike Vaporfly

Vincent Luis, champion du monde en 2019 et Mario Mola utilisent déjà les modèles Nike Vaporfly qui aident la réactivité de l'athlète à chaque étape.

L'arrivée des chaussures «magiques» avec une plaque de carbone à la compétition ne passe pas inaperçue chez Gómez Noya. Il ne le reconnaît pas ouvertement mais il ne l'aime pas.

"Ils peuvent aider certains coureurs plus que d'autres comme les maillots de bain en polyuréthane en 2009«, Pointe-t-il avec une certaine résignation.

"Cela semble être ce qu'il porte maintenant, mais j'espère que mon sponsor me fournira une chaussure parfaitement compétitive pour courir sur un pied d'égalité."Avoue avec confiance.

Mots clés

Publications connexes

Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action