Crier avec de bons sentiments

Ivan Raña veut se rendre aux 2012 des Jeux de Londres avec les années 33. Il n’a pas encore mis sa place sur la piste, alors les résultats qu’il obtient cette saison peuvent être essentiels pour que le pionnier du triathlon espagnol assiste à sa quatrième épreuve olympique. Samedi dernier, il a mis le cap sur l'Australie avec un plan de compétition similaire à celui de Gómez Noya. Il sera testé samedi à Mooloolaba pour faire face à Sydney à sa première date du Championnat du monde.

Plus tard, Raña avait prévu d’aller au Japon pour participer au 17 en avril dans le cadre d’une Coupe du monde à laquelle il garde une affection particulière, celle d’Ishigaki. Il y a obtenu sa première grande victoire dans le calendrier international de l’année 2001.

José Miguel Pérez, Mario Mola et Ramón Ejeda accompagnent l'ordre dans ce premier grand déplacement. L'ancien champion du monde a passé trois semaines à Lanzarote pour se perfectionner et profiter de meilleures conditions d'entraînement que celles de la saison des pluies en Galice. Il a partagé sa formation avec Ejeda, Ramón Santamaría et l'illustre Rasmus Henning et Andrea D'Aquino.

Raña a terminé son travail à la maison au cours des dernières semaines. Il a partagé des séances de travail avec son frère Antonio et Antón Ruanova et a proclamé ses bons sentiments avant de commencer à concourir.

Championne du monde et double championne d'Europe, Raña est revenue au triathlon l'année dernière après avoir vécu, lors du 2009, une nouvelle expérience de cycliste professionnel au Karpin Galicia. L'équipe a réalisé son meilleur résultat du 2010 précisément dans la nomination de Mooloolaba, qui a terminé à la septième place.

triatlonnoticias.com
Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action