La santé
Nouvelles du triathlon

Plusieurs triathlètes se trouvent dans l'opération Hypoxianet

L'Agence antidopage a la liste des 250 acheteurs qui peuvent être sanctionnés

La semaine dernière, l'UCO a démantelé à Cadix a Réseau de vente et de distribution de l'OEB, où 6 personnes ont été arrêtées et plus de 850 injectables ont été saisis

Maintenant l'agence antidopage Il a la liste de 250 acheteurs ils peuvent être sanctionnés. Pour le moment, leur identité n'a pas été rendue publique, bien qu'ils apprennent à se connaître peu à peu.

Selon le journal Nuis, ces 250 personnes ont acheté EPO sont principalement des coureurs amateursJe sais ils participent à des courses populaires et des triathlons ou tests de résistance.

Bien qu'ils ne soient pas seulement amateurs dans la liste, puisqu'un coureur bien connu dans le monde du vélo montagne

L'AGPD a donné l'alarme quand ils étaient positifs dans les tests de résistance

L'enquête a commencé il y a deux ans lorsque l'AGPD elle-même a alerté la Garde civile d'une augmentation du nombre de coureurs positifs dans les courses populaires et surtout dans les tests d'endurance.

Le soupçon était que quelqu'un retirait l'érythropoïétine (OEB) du marché légal espagnol pour ensuite le vendre aux athlètes en échange d'un prix élevé.

Les agents ont détecté qu’un un réseau de sept portails Internet au maximum était responsable de l'offre de la substance. Vendre l'OEB dans différentes langues et dans différents pays.

Au moment du lancement de l'opération, la Garde civile a localisé 850 injectables, qui est la plus grande réserve de cette substance située en Europe.

Le réseau de comptes bancaires des détenus a transité par l'Autriche, la Slovaquie et Chypre. Il y avait 800.000 70.000 euros. Dans les archives, ils ont également localisé XNUMX XNUMX euros en espèces.

10 ans, avec ces pratiques

Les membres de l'UCO estiment que le réseau décousu pratique ces pratiques depuis dix ans, en l'absence d'une analyse approfondie des informations obtenues par les agents dans les dossiers.

Il existe également une branche de fraude possible à la sécurité sociale, car c'est l'administration qui a payé le prix des médicaments car ce sont des traitements subventionnés.

En seulement trois ans, les rapports du ministère de la Santé du gouvernement andalou indiquent que plus de 5.000 XNUMX doses ont été détournées vers le marché noir.

Mots clés

Publications connexes

Bouton haut de page
erreur: Vous ne pouvez pas faire cette action