Le nouveau but de Javier Gómez Noya

Le Galicien a déjà un nouveau but après avoir exclu Kona

Javier Gómez Noya a annoncé aujourd'hui sa décision de focus sur le World Half Ironman, à la suite des conséquences que COVID lui a laissées au mois de mai.

C'était juste avant de se rendre aux États-Unis pour participer à la Coupe du monde à St George, Utah, avec qui reporte également sa participation à la Coupe du monde à Hawaï, à Kona, jusqu'en 2023.

L'ambassadeur de Sports Santander a rencontré la presse aujourd'hui au Santander Work Café sur le Paseo de Recoletos à Madrid et a assuré que, malgré la frustration initiale, il entretient l'illusion car "la saison n'est pas encore perdue ».

 Javier Gómez Noya a expliqué que la maladie "m'a frappé fort" et souffrait de "fatigue, douleurs musculaires" et avait même "un complication, bien que mineure, au niveau cardiaque mais il faut toujours faire attention. Cela a ralenti son retour à l'activité et, désormais, au vu du calendrier, aller à Kona "aurait été une loterie".

 "Ce fut une année difficile avec beaucoup de hauts et de bas. La veille de mon voyage à St George, je suis tombé malade et j'ai dû annuler.

C'était un COVID compliqué, ça m'a laissé des séquelles. C'est pourquoi j'ai été tout ce temps sans compétition et j'ai dû m'entraîner un peu plus facilement pendant quelques mois.

Maintenant, enfin, tout est en place et je m'entraîne déjà de manière très régulière, améliorant mon niveau et me fixant des objectifs.

Jusqu'à présent, je ne pouvais pas établir de calendrier parce que je ne savais pas comment mon corps allait réagir", a-t-il déclaré. Surmonter le nid-de-poule, "J'ai hâte de retourner au travail."

"C'était frustrant, oui. J'ai commencé l'année en gagnant à Pucón en janvier et j'ai eu beaucoup de temps pour me préparer pour l'Ironman.

Je me suis beaucoup entraîné, j'ai fait deux concentrations en altitude, j'étais à Majorque et quand je faisais le set-up je suis tombé malade et ce travail n'a pas pu se refléter, et c'est ce qui vous met le plus en colère. Mais c'est ainsi que les choses sont et il est temps de passer à autre chose", Il a souligné.

"Mon objectif était Kona mais c'est compliqué surtout par la période de qualification qui se termine dans deux ou trois semaines et je pense que ce serait risqué de concourir pour se qualifier, je ne ferais pas la bonne préparation et ce serait un peu une loterie.

Ensuite, il devrait récupérer et il n'aurait pas non plus assez de temps pour Kona. Donc en pensant un peu avec ma tête, il vaut mieux pour cette année se concentrer sur le championnat du monde demi Ironman pour lequel je suis qualifié et c'est à la mi-octobre ».

Il prévoit également de participer à des essais de prise de force.

Javier Gómez Noya prévoit donc, participer à quelques essais de prise de force, Plus précisément, dans la citation Dallas.

"C'est au mois de septembre et J'aimerais être là-bas et peut-être aussi faire un autre test en Espagne profil plus bas pour commencer le tournage fin août, par exemple. Et oui, je n'exclus pas de mettre fin à un Ironman en pensant à Kona d'ici 2023 ».

L'ambassadeur de Sports Santander a déclaré qu'il était particulièrement attiré par les compétitions PTO parce que "ils font aussi des courses très intéressantes, c'est là qu'il y a de meilleurs prix, où les meilleurs triathlètes se rencontrent et où les professionnels sont le mieux traités ».

La distance 70.3 est, après tout, une de ses spécialités. "J'ai été deux fois champion du monde de demi-ironman.

Le niveau, bien sûr, est très élevé. C'est un test où les meilleures longues et courtes distances se rencontrent et au final c'est là où il y a le plus haut niveau dans le monde du triathlon.

Donc mon rêve est de le gagner à nouveau. Allons-y pour tout et ensuite nous verrons où le classement place chacun de nous ».

 Si c'est une année perdue ? "Je ne considère pas encore cela comme une année perdue"

Si je gagne la Coupe du monde 70.3 ça aura été super et sinon ça aura été encore une mauvaise année.

Je suis toujours à l'heure. Je sais que l'objectif de Kona n'est pas réaliste et je vais me concentrer sur d'autres courses. C'est maintenant ce qui touche. La saison peut encore être sauvée.

Nouvelle vie, nouvelle discipline

 Malgré les difficultés, Javier Gómez Noya a une nouvelle fois souligné que sa décision de quitter la distance olympique pour la longue distance ne peut être annulée, du moins pour le moment.

La distance olympique est garée. Je n'envisage pas d'y retourner.

Ils m'ont demandé de participer aux World Series à Pontevedra, ce que j'ai aidé à faire, mais je me sens toujours comme un athlète et maintenant ce qui me motive, c'est la longue distance et c'est ce sur quoi je travaille ».

 De plus, « quand on est ici depuis tant d'années, c'est difficile d'entretenir l'illusion, mais si je prenais ma retraite, je continuerais à faire du sport parce que j'aime ce mode de vie sain.

Quand vous avez passé un long moment comme moi dans la distance olympique et avec beaucoup de succès, il est parfois facile d'atteindre la grille de départ et de ne pas ressentir ce bug, cela ressemble déjà à un autre jour au bureau. Et je pense que ce n'est pas bon.

Dans mon cas, le passage à la longue distance est un regain de motivation et d'espoir, de choses à apprendre et à améliorer et cela m'a fait du bien de garder cette envie car je suis face à quelque chose de plus inconnu et de plus récent ».

 L'ambassadeur de Sports Santander a expliqué comment sa façon de s'entraîner a changé :

"Le vélo a gagné en importance, également contre la montre, Je fais plus travail de force, je veille à ce que le niveau de nutrition soit plus efficace et en natation j'ai un peu baissé l'intensité et en course je suis passé d'intensité à plus de volume pour contrôler la résistance musculaire après 5 heures de compétition ».

 Et bien qu'il ne rate pas si souvent la compétition, rien ni personne ne le fera changer de cap pour le moment.

"Je suis reconnaissant que la fédération et aussi l'international me donnent du travail et, même si j'aimerais continuer lié à ce sport, pour l'instant je suis toujours un athlète professionnel".

Outil de recherche d'éléments de formation

Publications connexes

Bouton haut de page
Ce site utilise ses propres cookies pour son bon fonctionnement. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l'utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Configurer et plus d'informations
Confidentialité